Blade MC AliMBaye – Bleu:Point Zéro (2015)

tof4
Artiste
Blade MC AliMBaye
Titre
Bleu:Point Zéro
Format
CD / Digital
Label
Diaspora Rockers / Keyzit
Release date
11/12/2015
Com de presse

01 – A la sueur du coeur Ft. Jean-Michel Martial
02 – Commémorations
03 – L'Histoire commence ici Ft. Jean-Michel Martial
04 – L'ombre d'un rêve
05 – Février Noir Ft. Ruby
06 – Les enclaves du destin Ft. Vincent Ségal & Stefan Filey
07 – Prélude à l'utopie
08 – Utopie 98 Ft. Jean-Michel Martial & Vincent Ségal
09 - Natangue Ft Vincent Ségal, CJM'S & Ousmane Kouyaté
10 - Point Zéro
11 - Une bise et la paix Ft. Sofia
12 - Trop loin mais j'y vais
Bonus Track : Cultures Indigènes

Consultez le presskit 2016 : ICI

Blade MC : un slammeur, un rappeur ? Mais qui est-il ?
Artiste accompli, autodidacte, Blade MC AliMBaye se distingue par sa polyvalence puisqu’il est à la fois rappeur, beat boxer, poète, compositeur, auteur… Sa ligne artistique et sa musique militante sont construites sur un discours engagé, instruit d’Histoire, résultant sur des textes poignants où chaque mot, chaque phrase est chargé de sens. Il se veut être le reflet de notre époque par son devoir de mémoire.

Connu et reconnu pour sa polyvalence, on a pu le voir dans de nombreuses créations vivantes : “On danfe” (Montalvo Hervieu, 2006), “La Bossa Fataka” de Rameau (Montalvo Hervieu, 2006), “Pas de quartier” (Eric Checco, 2007), au Festival OFF d’Avignon en 2007, “Ecorces de Peines” (D’ de Kabal, 2008), au Festival des Etés de la Danse (avec Alvin Ailey), “Le Choc des Titans” (Quality Street, 2008), “Contes Marrons” (D’ de Kabal, 2010), “Le Petit Chaperon En Sweat Rouge” (D’ de Kabal, 2012), “Troyennes – les morts se moquent des beaux enterrements” (Tragédie grecque, mise en scène par Lætitia Guédon, 2013), “Un dimanche au cachot” (Patrick Chamoiseau, 2014) pour n’en citer que quelques unes, Blade étant actuellement en pleine création d’une pièce consacrée à Basquiat qui verra le jour début 2017. Blade MC AliMBaye s’est produit de Paris à Jakarta en passant par Pékin, Bangkok, Manille, Taïpeï, New York, Alger, Beyrouth, la Guyane, la Martinique ou encore la Guadeloupe.

La trilogie “Bleu, Blanc, Sang” est une œuvre atypique, un projet musical, littéraire et cinématographique.

Selon Blade MC AliMBaye :
“Mon analyse contemporaine, celle d’un sujet de la République questionnant l’histoire de France en passant par l’Afrique, mon héritage, mes tourments, mes doutes, mes frustrations, ma jeunesse, mes espérances”.

L’acte 1, Bleu:Point Zéro : Le Point Zéro est le point d’impact d’un missile, généralement l’endroit où atterrit un missile n’est que désolation. Il est aussi un point de départ et de cet emplacement tout peut recommencer, l’Histoire peut se réécrire. Ce missile de négritude universel parti de l’île de Gorée vient finir sa course sur l’Hexagone, libérant les inquiétudes historiques, les utopies d’un melting-pot plausible. “J’ai analysé, retranscrit à l’encre bleue, mes bleus, mes bleus d’âmes, les murmures des diables bleus qui déchirent les tympans, en quête d’étendues bleu-azur sur ma sérénité, pour décoloniser les esprits. L’ombrageux électrique, le devoir de dire et l’urgence qui en résulte c’est ce que le Bleu convoque dans cette oeuvre, des thèmes instruits et engagés”.

L’acte 2, Blanc:Humain de Justesse : “L’illusion meurtrie de tous ces actes d’incivilité constitutionnelle nargue ma bonté, je me dois de faire face à ces travers sociétaux à deux doigts d’une bascule coté animal, coté humain sur un fil, humain de justesse, ces actions que j’entreprends en étant juste un humain de justesse.”

L’acte 3, Sang:Celsius 232 : En clin d’oeil à Ray Bradbury et le titre de son livre “Fahrenheit 451”, son équivalent en degré Celsius est 232 degré auquel le papier pourrait se consumer. Ce papier témoin privilégié de toutes les atrocités de l’humanité entreprend de se rebeller au contact des malintentionnés s’auto consumant pour ne plus subir la folie des hommes…

L’accompagnement musical et sonore a été développé en collaboration avec Le MigranZ Band, collectif d’artistes créé en 2009 à mon initiative, regroupant créateurs, vidéastes, graphistes, instrumentistes de tous horizons s’affranchissant des carcans musicaux prédéfinis. Le ‘MigranZ’ Band parce que nous venons tous de quelque part et nous allons ensemble vers le meilleur. Le collectif m’accompagne à chacune de mes apparitions scéniques. Le label Diaspora Rockers dirigé par Timour et Bouba Cardenas co-produit “Bleu:Point Zéro”, un premier acte réalisé, mixé et arrangé par Timour Cardenas qui a su mettre en couleurs mes envies, mes désirs et faire éclore cet univers, ma signature sonore : Afrockorganico Hip hop Live. Ce style s’articule autour de la matière organique (ce que l’être peut générer de lui-même sans autre recours), le voyage, la voix, le beat box, un simple claquement de doigt, une goutte d’eau ou une planche en polystyrène qui fera office de grosse caisse (Les Enclaves du Destin). Après avoir épuisé toutes les possibilités organiques, le croisement avec d’autres expressions (MAO, instruments etc.) peut avoir lieu, tout cela bien entendu sous bonnes influences entre Youssou N’Dour, Ismaël Lo, Angélique Kidjo, Positive Black, Xalaam, Daara J. Léo Férré, Boris Vian, Solaar, IAM, Claude François, Les Nubians. Bob Marley, James Brown, Mickael Jackson, Jimi Hendrix, Nina Simone, Sam Cooke, Nas, Prince, Q-Tip, The Roots, Jamiroquai, jusqu’à Georges Brassens et bien d’autres.

Le visuel de “Bleu:Point Zéro” a été développé en collaboration avec Xavier Dollin (Photo/Graphisme) et Guillaume Saix (Graphisme/Artwork). C’est une référence aux soldats africains, d’Outre-Mer et d’Asie (les tirailleurs) qui se sont battus pour la France Libre et n’ont pas été valorisés comme les héros qu’ils devraient être aujourd’hui. La chéchia ensanglantée, le drapeau blessé, la corde saignante se réfèrent au lourd tribut payé par ces soldats dont mon grand-père faisait partie, une manière de lui rendre hommage aussi… L’histoire a ses ratures, j’en porte les points de suture, je ne pointe personne du doigt, mais qui se sentira visé devra le méditer, notre histoire commence ici… Blade a écrit une nouvelle (Belle de Janvier) dans la dernière parution de Marc Cheb Sun « D’ailleurs et d’ici » (Editions Rey, actuellement en librairies). Blade joue Toni et partage l’affiche parmi les rôles principaux de “Brooklyn”, film de Pascal Tessaud aux nombreuses récompenses dont une sélection au festival de Cannes/Acid, Urban World/New-York, Colcoa/LA (actuellement au cinéma).


BLADE MC ALIMBAYE – CONCERTS
www.bladealimbaye.com


Acheter l’album “Bleu : Point Zéro (Acte 1/3)”
https://itunes.apple.com/fr/album/bleu-point-zero/id1053194836


www.bladealimbaye.com
www.facebook.com/Blade-McAlimbaye-167384283294161/?fref=ts
https://soundcloud.com/blade-mc-alimbaye
www.facebook.com/Diaspora-Rockers-47615495562

Photos de presse et visuels HD à télécharger

Les commentaires sont fermés