Abdul & The Gang – Chibani (2018)

tof4
Artiste
Abdul & The Gang
Titre
Chibani
Format
CD / Vinyle / Digital
Label
ZN Prod
Release date
06/04/2018
Com de presse

TRACKLISTING
01 - Labesse
02 - El Cazaoui
03 - Petit Sahraoui
04 - Printemps arabe
05 - Ksar Souk
06 - Interlude Basidi
07 - Chibani
08 - Marlich
09 - L'Hadra
10 - Interlude Kibida
11 - Innocent
12 - Mama Gnaouia
13 - Kan Fo Yallé

NOUVEL ALBUM « CHIBANI »
Sortie CD et DIGITAL : 06.04.2018
Sortie Vinyle : 27.04.2018


Aux origines, il y a la musique des pères, instrumentistes et percussionnistes gnawas, un apprentissage de la scène avec celui de la marche. Abdul chante, écoute, joue et fait ses classes à l’école du son et de la route.

Originaire de Boudnib, petit village du Maroc situé dans le ksar souk d’Er Rachidia, Abou Ben Salem (aka Abdul) apprend des tribus gnawas marocaines de Merzouga, mais aussi des tribus algériennes et mauritaniennes. Après avoir écumé le milieu pendant des années notamment avec le groupe Babeloued Sound, ce trafiquant rythmique notoire croise un à un les futurs membres du Gang. Surgie de tous horizons, bédouins bretons, pirates des ondes, brigands sonores, la troupe se fédère et soude ses savoirs-faire. Ensemble, ils concoctent un son nouveau qui emprunte à l’Orient, au Maghreb, mélodies chaâbi et rythmes gnawas, et les confronte au groove et arrangements du funk ou de l’afrobeat. De ce mélange des genres naît le Gnawa Funk. Née dans la banlieue sud parisienne à Montgeron, c’est là que leur musique prend forme, et que le Gang séduit peu à peu les salles d’Ile-de-France.

Sur scène, c’est l’effervescence au service du charisme naturel d’Abou Ben Salem (chant, guitare, derbouka). Un chant lead incarnant générosité et sensibilité, au contact simple et familier avec le public. Une section cuivre, calée sur une même respiration, tant pour la musique que pour faire bouger la scène et le public. Un pôle rythmique soudé qui se permet des sorties individuelles pour ponctuer le show… Avec un bassiste électron libre et un percussionniste pouvant se connecter à tous moments aux appels rythmiques d’Abdul ! Des musiciens expérimentés que l’on a pu croiser dans diverses formations (Jeff Joseph and Grammacks, Blitz the Ambassador, El Gafla, Balaphonics, Bimbam orchestra, Inti …).

Ce premier album d’Abdul and The Gang témoigne d’un travail de synthèse entre la culture gnawa et le funk pour pousser le groupe à définir son propre style musical. Si l’afrobeat et le maloya ont pu être une source d’inspiration complémentaire aux musiques traditionnelles marocaines dans leur 1er EP éponyme, Abou Ben Salem et son gang sont parvenus à extraire l’essentiel de leur style musical dans ce premier album intitulé « Chibani » (l’ancien en français). Ces nouveaux morceaux tracent un sillon aujourd’hui limpide en visant directement le funk et ses déclinaisons urbaines. La forme des morceaux s’est simplifiée, la place et le rôle de chaque musicien se sont affirmés afin de mettre en avant la voix et la richesse des rythmes du Gnawa Funk. Le texte, à 80% en arabe, laisse une place au français pour évoquer, ponctuer le propos et tenir l’auditeur en alerte. Ce premier album est donc le fruit d’un travail sur de nouvelles compositions, et ce support physique a bien pour but de faire connaître au monde réel et virtuel l’existence d’une musique restée trop longtemps dans l’ombre.


Le Gang :
ABOU BEN SALEM aka ABDUL // Chant
JULIEN LÉVY // Clavier
THIBAULT GUÉRIAUX // Percussions
JEAN-BAPTISTE TANDÉ // Guitare
GUILLAUME GROSSO // Saxophone
LUDOVIC COLLEU // Batterie
VINCENT TOCHET // Bassiste
NICOLAS BONGRAND // Trombone
KEVIN ROGER // Trompette


ABDUL & THE GANG – CONCERTS 2018
07.04.18 | Lizy-Sur-Ourq (77) | EMAA
10.04.18 | Paris (75) | Centre Barbara FGO – Release-party
02.06.18 | Palaiseau (91) | Festival Guinguettes et Cie #28
Booking : ZN Productions


L’album CHIBANI dans le texte (morceau par morceau) :
1 – Labesse : « Tout va bien ! » L’amour est à l’honneur. Qui dit amour, dit la présence de Dieu autour. Que Dieu prenne soin de nous et de la famille ! Ces vœux, qu’ils soient divins ou pas pour tout un chacun, prônent une diffusion sans limite de notre amour à nos proches. L’idée de prendre soin de notre entourage, en faisant fi de son épanouissement matériel.
2 – El Cazaoui : Retour en 1997 : une soirée avec le cousin Mustafar à Casablanca où les deux cousins passent une soirée à Casa. C’est dans une cave que débarquent Mustafar et Abou, pensant venus écouter de la musique.
3 – Petit Sahraoui : L’enfance au village, aux loisirs passés à jouer au football pieds nus et à se promener dans les zaouia (champs agricoles). Abdul réunit ses amis pour jouer avant la tombée de la nuit. Ce petit Sahraoui, grand et mince qu’on appelait « l’allumette » !
4 – Printemps Arabe : La Révolution de jasmin ou la peur d’une mère pour ses enfant partis manifester. Elle exprime à travers la voix d’Abdul son soutien à la cause mais aussi son dégoût des gouvernants qui conduisent le pays et ses enfants dans une impasse.
5 – Ksar Souk : C’est un village de commerçants, près de la région natale d’Abdul, uniquement composé de souks. Quand le marché bat son plein c’est dense, animé, bruyant… puis quand le marché ferme, Abdul reste seul, comme dans un village fantôme du Far West. Il laisse alors son imaginaire prendre le dessus.
6 – interlude Ba Sidi : Morceau composé en hommage au grand-père d’Abdul.
7 – Chibani : Autre marque de respect aux anciens du village de Boudnib d’où est originaire Abdul et qui ont su préserver les coutumes musicales de cette ville à travers l’enseignement du Tarja et du Bendir. Chaque geste musical du chanteur est l’écho de cette transmission passée. Abdul fait par ailleurs le parallèle avec cette première génération d’immigrés qui s’est implantée en France et a su s’intégrer dans ce pays tout en imprégnant leurs enfants de ces valeurs..
8 – Marlich : « C’est pas grave ! Tant pis ! », une formule quotidiennement utilisée en Afrique du Nord qui permet de relativiser sur les situations chaotiques de la vie quotidienne. En réalité, tant que ta vie n’est pas en jeu… MARLICH y’a pas de problème !
9 – L’Hadra : « Paroles dans le vent ». A propos des gens qui aiment critiquer ou parler sur les autres sans jamais se remettre en question.
10 – Interlude Kibida Lu par Inès, la fille d’Abou, ce texte symbolise l’amour de la vie, l’espoir, et la confiance en l’avenir, caractérisant bien l’état d’esprit à l’œuvre dans la démarche de création de ce groupe.
11 – Innocent : Hommage implicite à Nelson Mandela. Ici est mise en musique la situation d’un rebel suite à une tentative d’assassinat d’un dirigeant oppresseur, et de sa famille innocente qui en subit les conséquences sur plusieurs générations…  Une pensée en direction de tous les résistants emprisonnés à tort.
12 – Mama Gnaouia : C’est l’amour d’un gnawa envers sa femme. Reconnaissance éternelle pour la place centrale qu’elle prend dans la famille et son sens des responsabilités. Caractéristique propre à cette culture, le gnawa rassure sa femme sur son dévouement. « Ma chérie tu es la seule, tu es la seule qui compte pour moi ! »
13 – Kan Fo Yallé : se passe de commentaires !


www.facebook.com/AbdulandTheGang/
Youtube channel
https://twitter.com/bensalemabou
www.instagram.com/abdul_and_the_gang/

 


Photos de presse et visuels HD à télécharger :

Les commentaires sont fermés