Liz McComb – Merry Christmas (2017)

tof4
Artiste
Liz McComb
Titre
Merry Christmas
Format
CD / Digital
Label
GVE Production
Release date
03/11/2017
Com de presse

01. When Was Jesus Born
02. A Christmas Song
03. We Wish you a Merry Christmas
04. Joy To The World
05. O Holy Night
06. Do You Hear What I Hear
07. Walk In The Light
08. Feliz Navidad
09. Oh What a Pretty Little Baby
10. Children Go Where I Send Thee
11. Little Drummer Boy
12. Silent Night
13. Il est né le divin enfant

LIZ MCCOMB « Merry Christmas »
2 CONCERTS EXCEPTIONNELS A NE PAS RATER

20.12.2017 – Lyon – Auditorium Église Évangélique – Lyon Part-Dieu
21.12.2017 – Lyon – Auditorium Église Évangélique – Lyon Part-Dieu
99 rue Robert – 69006 Lyon
www.lizmccomb.ilya1espoir.com
Tarifs : Cat A = 40€, Cat B = 30€, Cat C = 18€
Réservations : Librairie Livre de Vie – 66 Boulevard des Brotteaux


12.01.2018 – Puteaux (92) – Conservatoire JB Lully – Salle Gramont – Infos et réservations


Demande d’invitations concerts : max@iwelcom.tv


Liz McComb est disponible en interviews
à Paris jusqu’au 10.01.2018
Contact : max@iwelcom.tv


ACHETER / ECOUTER L’ALBUM Merry Christmas
http://smarturl.it/MerryChristmasLiz


LIZ McCOMB : MERRY CHRISTMAS à Saint Sulpice !

Noël rime avec Gospel : depuis deux siècles, dès les temps obscurs de l’esclavage, les chants de Noël (« christmas carols » en anglais) ont été les plus joyeux du répertoire afro-américain. Aujourd’hui, dans le monde entier, c’est lors des fêtes de fin d’année que les negro spirituals sont le plus chantés, écoutés, achetés… Alors l’album de Noël est hélas devenu un poncif pour une ribambelle d’artistes qui n’ont rien de « spirituel » : un simple plan marketing, exploitant cette fête devenue pour les marchands du temple la plus lucrative de l’année… Rien de tel pour la mystique Liz McComb. Avec elle, Noël redevient une fête enchantée : plus que celle des enfants, celle de l’enfant qu’elle réveille en chacun de nous.

DE BETHLEEM A SAINT-SULPICE
Sobrement titré « Merry Christmas » (« Joyeux Noël »), le nouvel album de Liz est le plus intime de tous : réalisation d’un rêve cher à son cœur, et d’un vœu de sa mère adorée, la charismatique Fannie McComb (19**-2012) qui fut pasteur et preacher de leur humble église de Cleveland. Le 24 décembre 1999, elles étaient ensemble à Bethléem, où Liz avait été choisie par l’Unesco et l’Autorité Palestinienne pour représenter les USA pour l’historique concert du dernier Noël du II° Millénaire, devant la « crèche » où les Évangiles situent la naissance de Jésus.

C’est dans la majestueuse Eglise Saint-Sulpice, sous les romantiques fresques récemment restaurées de Delacroix, que Liz va dévoiler au public parisien les treize chants de Noël de son treizième opus : un répertoire jubilatoire et éclectique, où d’antiques spirituals côtoient des gospel songs modernes mais aussi quelques cantiques du folklore anglais, autrichien, portoricain, provençal ou tchèque. D’une voix enjouée, céleste et sereine, Liz se balade entre les siècles et les styles avec une aisance confondante, une allégresse mutine et une délicatesse enfantine. Un Joyeux Noël universel, donc, à l’image de celle que la « Gospel Music Encyclopedia » désigne justement comme la pionnière du « world gospel ».
Biographie Gérald Arnaud


LE NOËL UNIVERSEL DE LIZ McCOMB
« Les plus beaux souvenirs se gravent dans l’esprit / plus fort que dans le marbre » – William Shakespeare.

Tel fut le cas du Noël de Liz McComb à Bethléem, en décembre 1999. Comme on dit fièrement à propos de tout évènement un peu historique : « j’y étais ! »… C’était en Palestine, un processus de paix précaire régnait provisoirement entre deux « guerres des pierres », la situation était calme, et les Chrétiens (15% des Palestiniens) étaient ravis de rappeler leur existence à la veille de Noël… Dans quelques jours on allait changer de siècle, et même de millénaire. Les gazettes du monde entier ne parlaient que de ça.

Mais qu’est-ce qu’un siècle, un millénaire ?
D’après le calendrier chrétien, que la globalisation à l’occidentale a imposé à tous les Terriens, en réglant l’instant zéro des montres et des ordinateurs, le temps est calculé partout à partir de la date de naissance officielle, bien qu’approximative, d’un certain Jésus à Bethléem, Palestine. Le Pape Jean-Paul II et les patriarches des autres églises s’étaient entendus pour faire de l’An 2000, enjeu de toutes les craintes et de tous les espoirs, l’année d’un « Jubilé » de joie et de paix, ponctué de fêtes solennelles. La première était ce dernier Noël du II° millénaire, dans la cité natale de Jésus Christ. Avec un soutien massif de l’Unesco, Bethléem avait été pour l’occasion restauré et embelli, nettoyé de tous les stigmates de la guerre et de l’occupation. Ce 24 décembre 1999, juste avant la messe de minuit en présence du Président Arafat et de dignitaires de toutes les religions, avait lieu un grand concert international au pied de la Basilique de la Nativité, sur la Place de la Mangeoire. Pour y représenter les Etats-Unis, on avait symboliquement choisi une femme, humble parmi les humbles, une Africaine-Américaine, descendante d’esclaves du Mississippi.

C’est ainsi que Liz McComb venait de débarquer en Terre Sainte, accompagnée de deux de ses sœurs – ses choristes favorites – et de leur mère la Révérende Fannie McComb, énergique pasteur et éloquente preacher  de leur petite église pentecôtiste de Cleveland (Ohio). Pour ces quatre femmes très ferventes, ce fut avant tout un pèlerinage inoubliable. Le bref mais saisissant récital de Liz, au pied d’un gigantesque arbre de Noël, fut la révélation de la soirée pour une foule cosmopolite et enthousiaste. Dans sa conférence de presse au Centre culturel, la chanteuse parlait du « plus beau Noël de sa vie », et de l’importance que cette fête a toujours eu pour elle. Noël n’est pas qu’une commémoration de la naissance de Jésus. Dans l’Empire romain, dont faisait partie la Palestine à cette époque, le 25 décembre était déjà la fête du solstice d’hiver, de la renaissance éternelle de la Nature. Nommée « Sol invictus », elle était vouée à Apollon, dieu de la beauté, du chant, de la musique et de la poésie.

Ce n’est qu’au quatrième siècle de l’ère chrétienne que cette fête « païenne » a été supplantée par Noël (du latin « natalis » = « de naissance »). L’anglais « nativity » et l’espagnol « navidad » viennent quant à eux du bas-romain « nativitas », désignant en même temps la naissance du bébé lambda et l’anniversaire de celle de Jésus. Une « Nativité », c’est aussi le thème le plus populaire de l’art chrétien, et bien au delà, la source d’innombrables chefs d’œuvre des peintres et sculpteurs, de l’art byzantin ou roman à Picasso en passant par Léonard de Vinci : la « madonna col bambino », le plus souvent Marie et Jésus, la mère avec son bébé dans les bras ou sur ses genoux, les yeux embués d’amour l’un pour l’autre.

En ce Noël 1999 à Bethléem, j’ai fugitivement et impudiquement capté, en vrai, le mystère de ce regard réciproque, entre deux adultes : c’était la première fois que je voyais Liz McComb avec sa maman. Il faut dire que Fannie McComb était ce qu’on appelle un tempérament, une personnalité hors du commun. Dans sa génération, dans la communauté africaine-américaine, rares sont encore les femmes qui accèdent au statut de « pasteur ». Dans une société fondée sur une liberté concurrentielle impitoyable dans tous les domaines, il faut d’abord pour cela s’imposer face au pouvoir traditionnel des mecs. Fannie McComb (qui a quitté ce monde en 2012) avait l’atout primordial : un talent oratoire exceptionnel, un verbe incarné, incandescent qui lui survivra dans les mémoires, notamment grâce à de belles vidéos filmées par la chaîne Arte. Orpheline très tôt de son père, un ouvrier, Liz, la sixième des sept enfants de Fannie, a vécu avec elle une relation manifestement fusionnelle. Telles qu’on pouvait les observer dans ce quotidien exceptionnel du Noël à Bethléem, Fannie et Liz étaient bien plus que mère et fille : amies intimes, mais aussi comme enseignante et disciple. Il fallait voir Liz aidant Fannie, déjà octogénaire, à gravir les ruelles escarpées de Jérusalem et de Bethléem, à franchir la « Porte de l’humilité » qui oblige à se courber quitte à se casser les reins tous les pauvres pécheurs au seuil de la Basilique de la Nativité, en guise de pénitence…

C’est à ce moment, assurément, qu’est née l’idée de cet album dans l’esprit de Liz McComb. Sa maman, émerveillée par ce pèlerinage en Palestine, ne cessait de lui suggérer d’enregistrer un disque de chants de Noël. Liz était un peu réticente, car chez les chanteurs et chanteuses de Gospel, c’est un peu une manie, un passage obligé. Après le décès de sa mère, c’est devenu un devoir, et c’est bien sûr à Fannie McComb qu’est dédié cet album de Noël à nul autre pareil : l’hommage d’une femme à sa mère, en souvenir de tous les Noëls que Liz a fêtés avec elle depuis son enfance, et avant tout ce Noël un peu miraculeux, le deux-millième Noël de Bethléem ! La Palestine n’était pourtant qu’une étape, certes décisive dans le destin voyageur de Liz McComb, de cette muse d’un gospel universel, quoique profondément enraciné dans le terroir et l’histoire tragique puis tourmentée de la culture africaine-américaine.

Depuis sa première tournée européenne (« Roots of Rock’n’Roll ») avec les Jean Austin Singers, Liz a toujours vécu dans une perpétuelle tension entre son berceau familial et religieux de Cleveland, et son ouverture au monde entier, absolument exceptionnelle dans le monde plutôt confiné « américano-américain » du Gospel. Au point que Bill Carpenter, dans son fameux ouvrage « Gospel Music Encyclopedia », a inventé pour qualifier l’art de Liz McComb le néologisme «world gospel »… Liz McComb a eu l’intelligence de baser ses activités artistiques à Paris, capitale incontestée des musiques du monde, et elle est sans doute la seule chanteuse afro-américaine à être devenue plus célèbre ailleurs qu’aux Etats-Unis : depuis trente ans elle a chanté presque partout en Europe, en Afrique, en Orient, dans la Caraïbe… Elle s’est ainsi imprégnée d’une extraordinaire diversité de styles musicaux, tout en restant en permanence connectée avec les racines les plus profondes du Gospel, du Blues, du Jazz, et surtout de la « Soul », le mot idéal pour désigner la musique afro-américaine en général.


« MERRY CHRISTMAS »
Noël, c’est la plus joyeuse (« merry ») de toutes les fêtes, et cet album est dès la première note le plus joyeux, le plus allègre qu’a jamais enregistré Liz McComb.

Il débute par When Was Jesus Born, un de ces formidables et fondamentaux « spirituals » datant du début du XIX° siècle, avant l’abolition de l’esclavage. Liz est sans doute l’une des rares interprètes de ce répertoire précieux qu’elle chante sans larmoyer, en retrouvant au contraire la joie de chanter vitale pour ses ancêtres, et en s’accompagnant comme eux du simple tambourin qu’elle aime tant utiliser dans ses concerts.

A Christmas Song est une merveilleuse mélodie, avec une histoire exceptionnelle : en effet il a été composé en 1944, lors du Noël qui annonçait la fin de la Seconde Guerre Mondiale, par un grand chanteur de jazz « blanc », Mel Tormé, avant de devenir un énorme tube grâce au génial chanteur-pianiste « noir » Nat King Cole

Festif, mais pas que, We Wish You a Merry Christmas est une chanson traditionnelle anglaise du XIX° siècle, que les enfants pauvres de Londres chantaient dans la rue le soir de Noël pour réclamer un morceau de pudding ! Liz l’interprète sur un ton sarcastique, en un duo très swinguant avec son éternel complice, le formidable organiste Harold Johnson.

Joy to the World est quant à lui un modèle de longévité du chant de Noël américain : paroles écrites par le poète anglais Isaac Watts en 1719, musique composée 120 ans plus tard par Lowell Mason, un fameux compositeur religieux du Massachusetts…

Oh Holy Night n’est autre que la traduction du célèbre « Minuit Chrétiens », sans doute le plus populaire des chants de Noël français, composé par Adolphe Adam en 1847 sur des vers de l’obscur poète amateur et marchand de vin Placide Capeau. Liz l’interprète avec un lyrisme digne des plus grands chanteurs de lieder…

Do You Hear What I Hear est emblématique de la renaissance du chant de Noël (« christmas carol » en anglais) à l’ère du show business. Figurant parmi les tubes du genre, il est l’œuvre d’un couple atypique : celui d’un Alsacien (Léon Schilenger) et d’une Américaine (Gloria Shayne) qui écrivirent cette chanson pour la paix en pleine guerre froide, au moment de la « crise des missiles de Cuba » en 1962…

Avec Walk in the Light, Liz McComb rend un hommage émouvant à sa géniale grande sœur Aretha Franklin, qui comme elle fille de preacher a grandi au chœur du Gospel. Loin de se limiter à l’imitation, elle chante comme on cheminerait en titubant dans un tunnel, vers la lumière.

Composé en 1970 par le prolifique chanteur-guitariste porto-ricain José Feliciano, Feliz Navidad est devenu le plus populaire des chants de noël en espagnol. Liz se l’approprie avec un accent « sabroso », et un plaisir communicatif…

Oh What a Pretty Little Baby, un « christmas carol » du célèbre pasteur pentecôtiste de Brooklyn Timothy Wright, nous ramène à Bethléem, à cette « mangeoire » dans laquelle Marie aurait déposé Jésus à sa naissance.

De même pour Chidren Go Where I Send Thee connu aussi sous le titre Born in Bethlehem, qui nous renvoie aux origines du negro spiritual traditionnel, au temps de l’esclavage, même si ce chant de Noël a connu une renaissance au XX° siècle grâce (entre autres) à Mahalia Jackson, Odetta, Nina Simone ou Clara Ward

Plus exotique, Little Drummer Boy («l’enfant au tambour ») est un chant de Noël du folklore tchèque qui a eu un surprenant succès en France dans les années 1960, au point d’y devenir l’un des tubes de la chanteuse crétoise Nana Mouskouri. Liz en ravive les couleurs en un duo magnifique avec l’un de ses complices préférés, le tambourinaire de gwoka guadeloupéen Philippe Makaia.

L’album se conclut par deux des plus célèbres classiques du chant de Noël européen.
Stille Nacht (« Silent Night ») fut composé par des religieux de Salzbourg (Autriche) quelques années après la mort de Mozart. L’interprétation sublime de Liz McComb, avec le délicat pianiste Cyril Duflot Verez, démontre à quel point est ténue la distinction entre le romantisme européen et le lyrisme afro-américain.

Il est né le divin enfant : avec son délicieux accent de l’Ohio, Liz rafraichit à sa façon ce chant lorrain du XIX° siècle, qui a fait le tour du monde dans toutes les langues.

On se dit en écoutant cet album que ce « divin enfant » est en chacun de nous, qu’au-delà de l’histoire de Jésus, que l’on y croie ou pas, un chant de Noël est avant tout une façon magique de ressusciter ce qu’il reste de l’enfance dans notre cœur, et qui s’est éteint ou dissipé dans le monde cruel des adultes.
Biographie Gérald Arnaud


www.lizmccomb.com
www.lizmccomb.com/integrale
https://twitter.com/lizmccomb
www.facebook.com/liz.mccomb.official/


CHRISTMAS 1999 in BETHLEEM :
http://www.lizmccomb.com/common/video/flv/beth99-flv.html
ST CLOTILDE, PARIS :
http://www.lizmccomb.com/common/video/flv/stclotileparis-flv.html
MADELEINE :
http://www.lizmccomb.com/common/video/flv/lizinparismadeleine-flv.html
SAINT SULPICE :
http://www.lizmccomb.com/common/video/real/vhscm.htm


Photos de presse et visuels HD à télécharger :

Les commentaires sont fermés