The Relatives

tof4

Une histoire incroyable que celle de The Relatives, trio vocal gospel  soul, psyché ayant sorti quelques 45 tours dans les 70’s et 80’s. Yep Roc Records (USA) les a retrouvés, 30 ans plus tard, pour leur faire enregistrer leur premier album !

Appelez cela Gospel Funk ou Gospel soul psyché ! En vérité, le son de The Relatives est bien plus encore. Formé en 1970 par le chanteur de gospel vétéran de Dallas le Révérend Gean West et son frère Tommie, le son de The Relatives vient combler le fossé entre le Gospel traditionnel, la Soul et le Psychédélique. Au début des années 1970, ils enregistrent trois singles confidentiels et une session inédite qu’on retrouvera sur la célèbre anthologie de 2009, Don’t Let Me Fall. La sortie de cette anthologie amena The Relatives à se reformer et à planter les premières graines d’un nouvel album ! C’est sur le label Yep Roc qu’a été enregistré et produit The Electric Word, à Austin (Texas) par Jim Eno de Spoon.

The Relatives sont issus de la même fervente tradition Pentecôtiste que des personnalités comme Elder Utah Smith. Dans les années 1950 et 60, la famille de l’Ouest était impliquée dans le Gospel de Dallas et hébérgeait souvent des musiciens de passage, comme une jeune Aretha Franklin, The Staple Singers, Lou Rawls, et Révérend O.V Wright.

Tommie se revoit grimper dans un arbre pour regarder la bête de scène Sam Cooke jouer de la guitare et chanter sur leur porche. Quand Révérend Gean retourna à la maison au cours de la tournée de 1970, le jeune Tommie avait écrit une chanson des plus novatrices empruntnt autant aux quartets Gospel traditionnels qu’aux James Brown et Hendrix. Speak to Me (What’s Wrong With America ?) a marqué le début de The Relatives et une nouvelle direction musicale, surnommé le « Street Sound » par le révérend Gean. Le groupe s’est vite rendu compte que leur son contemporain pouvait accéder aux boîtes de nuit autant qu’aux églises. Comme le dit le Révérend Gean dit: « Si les gens n’allaient pas à l’église, nous devions amener l’église aux gens »

The Relatives ont passé l’année 1970 en tournée nationale et ont pressé des petites séries de 45 tours, bien reçus au niveau régional, mais n’ayant jamais fait beaucoup de bruit en dehors du Nord du Texas. Connu pour leurs chansons originales et leurs puissants et torrides shows, leur réputation a survécu aux 70’s mais pas le groupe. Ils enregistreront leur dernière session avec le légendaire ingénieur Phil York en 1975 et se sépareront en 1980. Révérend Tommie fondera ses No Walls Ministries tandis que Révérend Gean continuera de gérer les artistes Gospel en tournée et fondera sa propre église, tout en animant une émission de radio populaire sur Dallas’s KKDA : “Soul 73 AM”. Avec seulement une copie rayée restante de « Don’t Let Me Fall » pour continuer, Eavy Light Records a eu envie d’agrandir la discographie et est venu trouver le Révérend Gean.

C’est en 2009 que Zack Ernst, fondateur du groupe Black Joe Lewis retrouve les anciens membres de The Relatives dans l’église où ils officient et leur propose de refaire de la musique. Révérend Gean qualifie ce come-back de redécouverte, de résurgence pour The Relatives, « rien de moins qu’un miracle ». Après une superbe performance de retrouvailles en 2009 à guichets fermés au Continental Club à Austin, The Relatives se voient solliciter et sillonnent les plus grands festivals. Un excellent concert à Cognac Blues Passion en 2010 (pour un set de reprises d’originaux avec une chorale de 30 personnes), puis à Splendour in the Grass en Australie et des shows remarqués au Bonnaroo, ACL Fest et lincoln center de New York… La Machine est lancée.

Ils retournent donc en studio avec JIM ENO (SPOON) qui produit ce premier ( !) album The Electric Word très vite signé sur l’excellent label YEP ROC Records (Fuijiya & Miyagi, fleshtones, Rev Horton Heat…) 2011 a également vu The Relatives combiner leurs forces avec l’égérie black-garage-soul Joe Lewis & The Honeybears pour enregistrer You Been Lyin, qui apparaît sur l’album BJL Scandalous.
Leur passage TV sur la chaine Austin City Limits (ACL) avec Black Joe Lewis a été reconnu comme « l’un des meilleurs que nous ayons jamais vu » par l’équipe et les fans de la chaîne..

Récupérant le batteur et guitariste / directeur musical de BJL comme membres à plein temps, The Relatives mettent en boîte The Electric Word, leur premier enregistrement en plus de 30 ans. Toujours emmenés par les West Brothers, l’incarnation de The Relatives représente toute une scène, une génération autour d’une famille de musiciens.

« The Relatives are the heroes America needs, even if we don’t deserve them »
Dean Blackwood, Revenant Records
« The Relatives are Jesus on LSD »
Leo Sacks, producer, filmmaker
« Tonight I found out that you can’t have a better live music viewing experience than seeing The Relatives out of Dallas, TX »
Chris Gethard, This American Life contributor
« The second lap around the track for the Relatives is exactly what we need, a chance at last to see these guys blast. Some of the heaviest psych/funk gospel to flow through the gates then and now »
Brian Turner, WFMU Music Director
« File this under: where have they been all our lives?  And then just be grateful they’ve been rediscovered. A new classic »
Bill Bragin, Lincoln Center

www.therelativesgospel.com
www.facebook.com/TheRelativesGospel
www.twitter.com/relativesgospel
www.yeproc.com/artists/the-relatives

The Relatives – The Electric Word (2013)
The Relatives – The Electric Word (2013)

Les commentaires sont fermés