Abdul & The Gang - Kasbatek (2024)


ARTISTE : ABDUL & THE GANG
TITRE : Kasbatek
FORMAT : Digital
LABEL / Distribution :Abou Bakre Bensalem / Z Production
SORTIE ALBUM :9 Février 2024
COM DE PRESSE :Pdf
CONTACT Oclock Prod (Management · Booking)contact@oclockprod.com (Reno)


Abdul & The Gang
« Kasbatek » (album)
Disponible depuis le 9 février 2024

01 – Ya Walou (Feat. Pat Kalla)
02 – Weliti Atomic
03 – Amalék
04 – Gnawi Soul
05 – Deka Beldia
06 – La Fille Du Commissaire
07 – Psychoulog
08 – Oran Drive
09 – La Banal
10 – Brr Brr


Ils aiment déjà !
RFI · Le choix musical de RFI
NOVA · Kasbatek, le nouvel album des malfrats funky, Abdul & The Gang
Le Monde Afrique · La sélection musicale du « Monde Afrique » #173
Africa Radio · L’invité de 17h de l’Afterwork
Paris-Move · 4 étoiles · Abdul & The Gang abat assurément avec ce second album une carte maîtresse
J’Mag · interview · Je me suis demandé ce qu’il en serait si on retournait dans les années 1990
Le Télégramme · sélection · La musique d’Abdul & The Gang donne indéniablement envie de bouger !
Songlines Magazine (UK) · sélection Top of the World, April 2024


Kasbatek, le nouvel album

Suite à l’album remarqué « Chibani » en 2018 puis à l’EP « Ya Walou » l’an dernier, Abdul & The Gang sont de retour !

Replaçons l’artiste dans son contexte, Abou Ben Salem (aka Abdul) est originaire de Boudnib, petit village du Maroc situé dans le ksar souk d’Er Rachidia. Il  s’immerge très tôt dans les tribus gnawas marocaines de Merzouga mais aussi les tribus algériennes et mauritaniennes. Après avoir écumé le milieu pendant des années notamment avec le groupe Babeloued Sound, ce trafiquant rythmique notoire va croiser un à un les futurs membres du Gang. Ensemble, ils concoctent un son nouveau qui emprunte à l’Orient, au Maghreb, mélodies chaâbi et rythmes gnawas, et les confronte au groove et arrangements du funk ou de l’afrobeat. De ce mélange des genres naît le Gnawa Funk qui aujourd’hui donne naissance à la Kasbatek !

Cinq dégaines de malfrats. Les chaussures encore pleines du sable laissé là par leur vadrouille dans le désert marocain. L’odeur du souk autant que celle du moteur de leur Buick Riviera imprégnée dans leurs vêtements. Impossible de jauger leurs regards derrière leurs lunettes noires, mais la méfiance est au programme. Et tout le monde est, maintenant, comme figé par leur seule présence. Quand celui qui semble être le chef met la main dans la poche intérieure de sa veste en cuir étriquée, l’arme de gros calibre qui n’est pourtant pas encore sortie, se matérialise instantanément dans les yeux de l’assistance. Elle est encore plus imposante que prévu. Un clavier qui n’en termine plus de dérouler ses touches noires et blanches.

Comment a-t-il pu entrer là ? Encore un mystère qu’il faudra tenter d’expliquer plus tard. Pour le moment c’est les voir se diriger vers la scène et les musiciens qui intrigue. Eux-mêmes ne se posent d’ailleurs qu’une question : combien ont-ils de temps pour leur laisser la place ? Le moins possible. Mission préparée en amont, chacun de ces truands musicaux connaît son rôle. Prendre le contrôle des instruments abandonnés au sol, faire de la place pour les branchements du synthétiseur duquel aucune paire d’yeux présente ne décolle. Les plus près de ce qui va devenir le centre des hostilités peuvent en lire l’immatriculation : Roland E-40 Oriental. Permet de jouer sur les ¼ de ton. Dès que s’en échappent les premières mélodies hypnotiques, le public devient aussi charmé qu’un serpent. Arme de possession massive. Avec lui, danser devient un ordre impossible à contrarier.

Qu’est ce qui se jouait ici avant leur arrivée ? Personne ne s’en souvient déjà plus tant tout est bouleversé. Dans un esprit de rassemblement, la transe de gwana s’est imposée à tous. Convoyés par des grooves de funk radical, les rythmes beldi se sont imposés comme les directeurs artistiques de cette musique de contrebande que tous semblaient attendre. Sous la poussière, la production brillante se fait entendre. Percussions traditionnelles mêlées à l’électronique des machines, arrêtés depuis la prise de contrôle par ceux qui se sont présentés comme Abdul & The Gang, spots et stroboscope ont repris leur furie lumineuse, redoublant de flashs quand se dégainent les guitares rock. Surtout, la fête a remplacé l’inquiétude depuis longtemps. De faux méchants, le Gang est passé à vrais gentils pour transformer ce lieu initialement conçu pour quelques-uns, en endroit ouvert à tous. Un tel boucan s’en échappe, qu’il en attire les passants des kilomètres alentour. Installée avec les moyens du bord, sa nouvelle et lumineuse enseigne KASBATEK fait déjà vaciller l’éclairage public…

Venus du désert Marocain dans leur vieille américaine, l’odeur du souk imprégnée dans leurs vêtements sableux, Abdul & The Gang dégainent d’irrépressibles rythmes beldi et d’irrespirables grooves funk. Le synthétiseur Roland E-40 Oriental et ses ¼ de ton comme arme de prédilection, c’est par une injonction à danser que le Gang braque les dancefloors. Avec la coopération d’un public conquis qui, dès les premières notes, se sent pousser des racines gnawa.

Real Muzul (Décembre 2023)


KASBATEK – english press release
Abdul & The Gang in front of a wall of amps lifting off the ground under the force of its own funk. A coppery funk of traffickers of which only they knew the precise dosages. The quantities of Oriental spices to inject, the measure of gnawa rhythms, the content of percussion, the balance between pure hedonism and the message that passes while the public dances. And deep in the groove, like a trance that slowly releases its power, a heritage from the desert. How could this respectable musical tradition end up fooling around on stage with these thugs in leather jackets?

The story goes that, packed together in their Chevrolet Camaro, Abdul & The Gang had one day stormed off to Errachidia to seize the honorable beldi rhythms. A motor-orchestrated musical blitzkrieg howling in a cloud of dust, traces of which were still to be found in the pockets of their straight-cut satin tracksuits.

Brought back to their Kasbatek, the beldi had become one of the gears of this Gnawa Funk which made the lighting of the place fail. Plugged into the mains, the synthesizers unleashed their hypnotic electronic melodies, playing their quarter tones like a formidable weapon taken out by surprise from behind the belt when everyone was holding their hands in the air.

Outside, the streetlights were also experiencing dips in disturbing electric crackles. A sign that inside, Abdul & The Gang were playing at their best and that the Kasbatek was entering the red red zone. The one that threatens to bury everything under a funky implosion.


Abdul & The Gang
« Psychoulog » (3ème single)
Disponible depuis le 7 décembre 2023
Stream · DownloadVidéo session-live

La psychologue d’Abdul est démunie. La folie s’immisce partout chez lui, ses babouches, sa coiffure, son esprit, sa musique, sa vie ! La thérapie semble impossible, tant la tâche est ardue. La psychoulog finira par s’avouer vaincue face au déséquilibre créatif et dansant de son patient.



Abdul & The Gang
« Oran Drive » (2ème single)
Disponible
Stream · Download

Abdul est dans ses rêves. Depuis Oujda en direction du Nord, au volant d’un gros V8, comme dans le film Drive du grand réalisateur Nicolas Winding Refn, il parcourt les paysages magnifiques du Maroc. Sur son visage : le vent, le sable, la chaleur. Il dépasse les grillages, les frontières et les blessures des peuples. Au loin, Oran.


Abdul & The Gang
« Weliti Atomic » (1er single)
Disponible
Stream · DownloadVidéo

C’est la vie d’un homme qui se fait harceler, mal mener, manipuler par la femme qu’il aime jusqu’au jour où il ouvre les yeux et là, il pète les plombs, dénonce tout sans attendre ni vouloir la moindre explication il est déterminé à être le plus loin possible d’elle. Dans la culture algérienne ou marocaine, la femme est souvent envahissante et surtout très jalouse au point que le mari ne puis plus bouger sans son autorisation. De l’extérieur on a l’impression de voir des hommes qui dirigent leur(s) femme(s) mais en réalité c’est l’inverse : La patronne c’est la femme lol



ABDUL & THE GANG SONT DISPONIBLES EN INTERVIEWS
N’hésitez pas à nous contacter


Suivez ABDUL & THE GANG

ABOU BEN SALEM aka ABDUL // Chant
ALEXANDRE BAYLE // Batterie
VINCENT TOCHET // Basse
KEVIN BRACI // Guitare
KEVIN ROGER // Trompette

Concerts

08.03.2024 – Release-party au Studio de l’Ermitage – Paris 20 – FB eventinfos et réservations

AUDIO / SONS

DEEZERI-TUNES

Photos de presse et visuels HD à télécharger

Abdul & The Gang – Kasbatek (2024)
Abdul & The Gang – Psychoulog (single 2023)
Abdul & The Gang – Oran Drive (single 2023)
Abdul & The Gang – Weliti Atomic (single 2023)
Abdul & The Gang – 2023
Abdul & The Gang © Charles Marlangue 2021
Abdul & The Gang © Charles Marlangue 2021
Abdul & The Gang © Charles Marlangue 2021

VIDÉOS

Les commentaires sont fermés